Articles

/Articles

Analyse : Ce qu’il ne faut pas oublier derrière les « thérapies de conversion » de personnes LGBT

Ce qu’il ne faut pas oublier derrière les « thérapies de conversion » de personnes LGBT - lien     Paris le 27/11/2019 L’engagement d’une députée, Laurence Vauncebrock-Mialon, pour interdire les thérapies de conversion, à la suite d’une recommandation du Parlement européen, suscite aujourd’hui une mobilisation médiatique et parlementaire inédite. Il était difficile d’imaginer possible l’existence en France d’organisations qui reconnaissent ouvertement vouloir faire revenir dans la norme hétérosexuelle et cisgenre[1] les personnes LGBT (Lesbiennes, Gays, Bies et Trans). Le documentaire « Homothérapies, conversion forcée », diffusée ce 26 novembre 2019 sur Arte, montre l’importation en France de certains mouvements américains, comme Courage et Torrents de vie, qui pourtant se défendent de proposer des « thérapies de conversion ». En réalité, ce focus sur leurs pratiques doit inviter à débusquer les ressorts d’homophobie et de transphobie sur lesquelles elles s’appuient. Le vocabulaire de la « thérapie » trouve ses origines dans la pathologisation de l’homosexualité, à laquelle l’Organisation Mondiale de la Santé a officiellement mis un terme en 1990. Cependant, cette pathologisation subsiste dans nos consciences et nombre de personnes aujourd’hui, qu’elles soient dans l’entourage ou directement concernées, continuent au moment du coming-out de relire le passé pour y chercher des causes traumatiques. Officiellement abandonnée par les instances psychiatriques, ce registre pathologique a été repris sans discernement par des acteurs religieux, dans un mélange de discours psychologique et spirituel très contestable. Que veut dire « aider à la restauration de l’identité relationnelle et sexuelle »[2], comme prétend le faire Torrents de vie ? Est-il pertinent de mettre sur le même plan un rapport difficile à sa famille, une maladie physiologique, des choix moraux, comme autant de « blessures », de « failles » équivalentes sur lesquelles Dieu agit ? Ce qui est condamnable derrière la thérapie de conversion, [...]

PMA : « On fait des personnes homosexuelles des boucs émissaires »

PMA : « On fait des personnes homosexuelles des boucs émissaires » (lien) Paris le 29/10/2019 *Benoît (diocèse d’Évry) et Marianne (diocèse d’Orléans) sont membres de David & Jonathan, chrétien et chrétienne LGBT. Ils réagissent à l’édito de Guillaume Goubert à la suite de la manifestation contre l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. « Cette affluence témoigne des inquiétudes de nombreux citoyens sur les conséquences sociales des avancées scientifiques » concluait l’éditorial de La Croix du 7 octobre à propos de la manifestation de la veille contre l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. De quelles avancées scientifiques parle-t-on ? Une vraie paternité  ? Les couples hétérosexuels, dans le cadre de la loi votée il y a 25 ans, recourent aujourd’hui pour près des deux tiers à la fécondation in vitro, avec des techniques de plus en plus pointues – micro-injection de spermatozoïdes, congélation d’embryons, diagnostic préimplantatoire, etc. – qui peuvent effectivement poser des questions éthiques. À l’inverse, les couples de femmes n’ont en général besoin que d’une simple insémination avec donneur. Il s’agit d’une technique vieille d’au moins deux siècles, simple, peu coûteuse, non chirurgicale, qui peut se pratiquer sans traitement hormonal et ne permet aucune sélection d’embryon puisqu’il s’agit d’une fécondation « naturelle », in vivo. Les couples hétérosexuels dont l’homme est infertile tentent souvent de surmonter l’infertilité par une FIV avec micro-injection, avant de se résoudre en dernier recours à une insémination avec donneur tiers. Comme s’il était essentiel que le père soit le géniteur… Faudrait-il être à tout prix le géniteur pour être pleinement père ? La filiation de Jésus telle que nous la racontent les Évangiles – descendant de David par son père Joseph, époux de Marie et qui n’est pas le [...]

Revue de presse : Des chrétien.ne.s plaident pour la PMA pour toutes… (suite)

PMA pour toutes: "nos enfants ne ressentent pas ce manque de père" - 07/10/2019 (lien) Une passionnante interview d'une mère. Sans cesse partir du pacours de vie de femmes, de leurs enfants et non de pensées toutes faites !         Homoparentalité, PMA et religion : des femmes racontent leurs parcours 05/10/2019 (lien) Elles sont catholiques, protestantes ou juives et sont devenues mamans grâce à une PMA à l’étranger. Elles ne comprennent pas les réticences ou inquiétudes des représentants des cultes au sujet du projet de loi bioéthique actuellement examiné à l’Assemblée nationale. Marianne : "ne pas confisquer la parole des catholiques" Marianne, 35 ans, est mariée depuis 2013 à Catherine, 50 ans. Elles habitent dans le Loiret. Leur fille, Clara, 6 ans, a été conçue en Belgique. Catholiques, elles sont pratiquantes et "investies": "messe le dimanche, chants, préparation de certaines célébrations". Ce qui gêne Marianne dans les débats ? "Que beaucoup se focalisent sur la filiation +paternelle+, en disant +l’enfant va ressentir un manque+. C’est faux. Notre fille ne ressent pas de manque. Elle dit avoir ses deux parents !". "Ce qui importe, c’est que la parole des catholiques ne soit pas confisquée, pour faire croire qu’ils n’auraient qu’une pensée unique". "La hiérarchie de l’Eglise s’enferme dans des caricatures". "On peut être catholique et ouvert sur ces questions". "D’ailleurs, au quotidien, il y a une différence nette entre les positions de l’épiscopat et le terrain, où les choses sont beaucoup plus naturelles". Pour preuve : "notre fille a été baptisée" et "ses deux mamans sont inscrites sur le registre" de l’église. Alexandra: "simplifier les procédures" de reconnaissance Alexandra, 38 ans, et Claire-Marine, 31 ans, se sont rencontrées à l’assocation LGBT chrétienne David et Jonathan. "De tradition [...]

Lutte contre les « peusdo thérapies » de conversion

Contre les thérapies de conversion en France, une proposition de loi pour 2020 - 08/10/2019 (lien) Les thérapies de conversion ou cérémonies religieuses qui prétendent “soigner” et changer l’orientation sexuelle d’une personne s’implantent en France mais restent souvent secrètes et mal identifiées alors qu’une loi pour les interdire est en préparation. “On a une difficulté à avoir une vision de la situation et des témoignages”, explique-t-on chez David et Jonathan, une association LGBT chrétienne. [...] “Est-ce que cette loi va être autre chose qu’une pétition de principe ?”, s’interroge Cyrille de Compiègne, chargé de la lutte contre l’homophobie religieuse au sein de David et Jonathan, qui se pose la question des moyens qui seront alloués, notamment pour enquêter. #ÇaMeRevolte, Cyrille de Compiègne, association LGBT chrétienne David & Jonathan - 16/07/19 Notre association s'engage dans la lutte contre les thérapies de conversion ! De plus en plus de médias s'emparent aujourd'hui du sujet, mais de véritables moyens d'investigation manquent pour prendre la mesure de ces pratiques, souvent dissimulées, en France, et pour dessiner une législation efficace, dont nous souhaitons qu'elle voie le jour. (lien)   Les « thérapies de conversion » dans le viseur de parlementaires - 01/08/2018 (lien) Deux députés ont annoncé la création d’une mission d’information « sur les pratiques prétendant modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne ». Les associations visées disent accompagner les personnes homosexuelles, mais ne jamais pratiquer de « thérapies de conversion ». [...] « Flou entretenu entre psychologique et spirituel » « En France, il s’agit sans doute plus de thérapies d’aversion que de conversion, car ces mouvements invitent plutôt à rester chastes », analyse Anthony Favier, le président de David et Jonathan, une association qui regroupe des chrétiens homosexuels. « Il y a néanmoins un certain nombre [...]

PMA : « Serions-nous l’exception européenne où tout devrait se passer si mal ? »

PMA : « Serions-nous l’exception européenne où tout devrait se passer si mal ? » Vincent Brès, président de PMAnonyme, Émilie Goubert, présidente de Dons de gamètes solidaires, Marie-Hélène Nouvion et Anthony Favier, coprésidents de l’association chrétienne David & Jonathan, Alexandre Urwicz, président de l’Association des familles homoparentales, Marina Zuccon, Présidente du Carrefour des chrétiens inclusifs Loving mother embracing her baby and sitting on wooden bench at tropical beach during vacation. They together looking into the distance. Concept for togetherness and bright future. Antoine a été baptisé à l’âge de 7 mois et a fait sa première communion à 9 ans. Son frère Léopold fera la sienne dans quelques semaines. Les parents de Léopold et d’Antoine sont croyants et souhaitent transmettre cet héritage à leurs enfants, leur expliquer ce qu’est la foi et l’engagement chrétien pour les autres. Ces parents s’appellent Valérie et Béatrice. Valérie a porté Léopold, Béatrice a porté Antoine. Leurs enfants ont été conçus par PMA en Espagne. Elles ont accouché en France, se sont mariées en 2014 et chacune a dû adopter l’enfant de l’autre pour obtenir un livret de famille où elles sont désormais reconnues toutes deux mères de leurs deux enfants. Léopold et Antoine se portent bien. Ils ont deux mamans et ne manquent ni d’amour ni de repères. Ils ont deux géniteurs différents et connaissent la PMA mieux que de nombreux adultes. À l’heure où certains fustigent les enfants élevés sans père en brandissant le modèle papa-maman comme seul archétype familial, la société répond qu’elle a évolué : 65 % des Français se prononcent pour l’ouverture de la PMA aux couples de femmes (sondage Ifop, septembre 2019), là où seulement 46 % y étaient favorables lors des débats houleux du « mariage pour tous » en 2013. Une progression de [...]

Revue de presse : Des chrétien.ne.s plaident pour la PMA pour toutes… (suite)

« Nous sommes une famille très classique » Marianne, Catherine et leur fille à Briare dans le Loiret 26/07/19  (lien) « Au fond, nous sommes très classiques. » Marianne, 34 ans, éclate d’un rire sonore. « Clara se couche à 8 heures le soir, lit des livres et ne regarde pas la télé. » Marianne est entrepreneuse culturelle dans le secteur de la musique, et sa femme Catherine, 51 ans, est une ancienne prof de maths. Elles vivent dans une belle ferme du XIXe siècle à Briare, dans le Loiret, ville paisible réputée pour son pont-canal datant de Gustave Eiffel. « Mais au fond de moi, fonder une famille est toujours resté une évidence » - Marianne Pourtant, pour les deux femmes, le fait d’avoir un enfant est aussi le fruit de beaucoup de questions. L’une et l’autre sont d’ailleurs investies dans l’association LGBT chrétienne David et Jonathan où elles aiment échanger avec d’autres familles homoparentales. En effet, quand Marianne s’est découverte homosexuelle à 17 ans dans une famille catholique pratiquante où, de génération en génération, les femmes avaient leur premier enfant à 22 ans précis, « ma mère s’est inquiétée, raconte la jeune femme. Elle m’a dit : “Tu sais qu’un enfant a besoin d’un père et d’une mère. En étant homosexuelle, tu renonces à avoir des enfants.” Mais au fond de moi, fonder une famille est toujours resté une évidence », confie-t-elle. Catherine, de son côté, « n’a que tardivement pris conscience » qu’elle était homosexuelle et a mis six ans à l’admettre, avant de se « rendre compte que c’était devenu clair » dans sa tête. Mais elle restait encore à mille lieues de l’idée de fonder un jour une famille. Quand elles se rencontrent pourtant, vite l’idée de se marier et d’avoir un enfant s’impose. Direction la Belgique, pour une PMA avec donneur. [...]

Revue de presse : Des chrétien.ne.s plaident pour la PMA pour toutes…

Revue de presse   Des catholiques plaident pour la PMA pour toutes - 27/06/2019 (lien). L’association LGBT catholique « David et Jonathan » milite pour l’ouverture de la PMA aux couples de femmes. Elle a organisé une table ronde le mercredi 26 juin à Paris, lors de laquelle des catholiques pratiquants ont raconté leur expérience de familles homoparentales et de ce qu’apportera selon eux la loi. Ils sont trois à s’exprimer, ce mercredi 26 juin, dans la salle des mariages de la mairie du 2e arrondissement de Paris. Isabelle, Marianne et Benoît sont membres de l’association « David et Jonathan ». Ils sont catholiques pratiquants et homosexuels et viennent raconter leur parcours et leur engagement en faveur de la PMA pour toutes. Les témoignages se succèdent et les arguments avancés sont d’abord assez classiques pour une association LGBT. Isabelle commence. [...] Lire la suite de l'article Prier entre chrétiens à la veille de la Marche des fiertés - 27/06/2019 (lien) Organisée depuis une quinzaine d’années à la cathédrale épiscopalienne de Paris, cette célébration sera accueillie cette année dans une église luthérienne de l’Église protestante unie de France, vendredi 28 juin. Le collectif organisateur s’est considérablement enrichi cette année, signe que « les choses bougent », affirme l’une des porte-parole. Une « célébration œcuménique et inclusive » sera célébrée vendredi 28 l’église Saint-Pierre (appartenant à l’Église protestante unie de France), à la veille de la Marche des fiertés. « Une occasion de témoigner, d’affirmer la possibilité et la fierté d’être LGBT et chrétien.ne.s », souligne l’invitation.Chaque année, une centaine de chrétiens homosexuels, bisexuels, transsexuels, ainsi que leurs familles et leurs amis se rassemblent pour une soirée de prière à la veille de la Gay Pride. « C’est un moment important, notamment pour les personnes LGBT, qui, ce jour-là, peuvent se dire [...]

Journées Annuelles de Rencontre 2019 – L’écologie, tout simplement !

Journées annuelles de rencontre  2019 de David & Jonathan - un grand moment de partage, de fête et de réflexion sur le thème de l'Ecologie

Anthony Favier: « Il y a des personnes qui sont prêtes à aller très loin pour ne pas accepter la visibilité grandissante des personnes LGBT » – 22 mai 2019

Anthony Favier: « Il y a des personnes qui sont prêtes à aller très loin pour ne pas accepter la visibilité grandissante des personnes LGBT » - RCF 22 mai 2019 - lien Alors que les actes homophobes ont augmenté de 30% en 2018, nous revenons sur la situation des personnes LGBT dans la société française et dans les communautés chrétiennes. Une augmentation inquiétante des actes homophobes Les actes homophobes ont augmenté de plus de 30% l’an dernier selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Les associations de défense des personnes LGBT témoignent elles aussi de l’accroissement des agressions. Il y a quelques jours en Vendée, à la Roche-sur-Yon, des jeunes gens en ont agressé d’autres parce qu’ils étaient homosexuels. Début avril dans sa lettre à la jeunesse Christus Vivit, le pape François affirmait que l’Église catholique était engagée contre toute discrimination et contre tour violence liée à l’orientation sexuelle. Nous faisons le point sur la lutte contre l’homophobie et l’intégration des personnes homosexuelles au sein des communautés chrétiennes. Anthony Favier est historien, spécialiste du genre et co-président de l’association David et Jonathan. Cette association chrétienne regroupe des femmes et des hommes homosexuels qui ont « une demande de spiritualité ». L’association créée il y a 45 ans est ouverte aux catholiques et aux protestants, et plus largement aux personnes en quête de sens. Pour les homosexuels, ou de manière générale les personnes qui ont « une identité de genre différente » l’épreuve de l’homophobie est vécue « en permanence ». Une discrimination tellement normalisée qu’elle fait partie du quotidien des personnes LGBT, explique Anthony Favier. Avec les débats autour du mariage pour tous et de la bioéthique, comme il est possible de s’afficher « un peu plus ouvertement homosexuel », les personnes [...]

Non aux pseudo-thérapies de conversion de l’homosexualité ou de la transidentité !

Non aux pseudo-thérapies de conversion de l’homosexualité ou de la transidentité ! Paris, le 07/05/2019   Ce weekend, à la salle du Zéphir de Cayenne, s’est déroulée la « conférence évangélique des Nations » avec le soutien de pouvoirs publics et de médias locaux. Parmi les conférenciers, on trouvait le pasteur Mickaël Lebeau qui promeut les pseudo-thérapies de conversion de l’homosexualité ou de la transidentité (1). En tant que chrétiennes etchrétiens inclusifs - LGBTI de différentes convictions ou confessions et allié.e.s - nous condamnons fermement ce genre de pratiques. Elles sont dangereuses pour l’intégrité morale et physique des personnes car elles créent des culpabilités aussi inutiles que déplacées. David & Jonathan, le Carrefour des Chrétiens inclusifs et l’Antenne inclusive de Saint-Guillaume (Strasbourg) apportent également tout leur soutien à l’association amie du Refuge, suite aux actes de violence dont elle a été victime alors qu’elle manifestait devant la salle du Zéphir de Cayenne (2). Notre foi est une force pour accueillir avec amour et espérance notre prochain.e et nous refusons de voir instrumentaliser la Bible pour en faire un « manuel de guérison ». Nous condamnons fermement le refus d’une des valeurs de notre République : l’égalité. Le Carrefour des Chrétiens inclusifs, David & Jonathan et l’Antenne inclusive de Saint-Guillaume Avec le soutien de l'Eglise protestante unie de la Bastille - Foyer de l'Âme   ______________ (1) Brigitte Noël et Matt Joicey, «  Des Thérapies bidon pour ‘'guérir’’ l’homosexualité », 3 novembre 2018, Le Journal de Montréal (lien) (2) Youen Tanguy, «  Guyane : des militants du Refuge agressés en marge d’une conférence évangélique », 3 mai 2019, Têtu (lien) Contacts : ° David & Jonathan : contact@davidetjonathan.com ° Carrefour des Chrétiens inclusifs : carrefour@chretiensinclusifs.org ° L’Antenne inclusive de Saint-Guillaume : lien