Articles

/Articles

Dossiers D&J n°7 – L’immense diversité des sexualités humaines

Dossiers D&J n° 7 -  L’immense diversité des sexualités humaines   Paris, le 8 juin 2018   Dans le présent numéro des Dossiers D&J, nous avons choisi d’aborder le thème des sexualités car, que la relation physique soit vécue ou pas, notre sexualité est présente quels que soient notre âge, notre genre, notre orientation sexuelle, notre situation de santé ou de handicap, notre culture. Ce thème, aux multiples facettes, touche l’identité, la relation au corps, la séduction, le désir et le plaisir, le tabou, les maladies, la parentalité, le social, le droit, les spiritualités, et bien sûr nos amours. La sexualité est une dimension forte de l’identité qui n’est pas foncièrement différente de l’affectivité en général. Quand on arrive à avoir une sexualité épanouie en tant qu’adulte, quand on accepte de l’explorer, de la vivre, de lever certaines inhibitions, on va mieux dans son corps et dans sa tête. L’acceptation du désir et du plaisir est très différente d’un individu à l’autre (de l’échec à l’épanouissement). Les pratiques peuvent être très variées et ramènent bien souvent à la question de la relation à l’autre. La sexualité est souvent vécue dans le cadre d’un couple. L’affection et l’amour se construisent et nécessitent un travail pour ne pas tout balancer à la première anicroche. D’autres inventent des formes de relations différentes (couples ayant des relations sexuelles extraconjugales voire polyamours, célibataires multipartenaires ou absence de rapport sexuels, etc.). La question de la santé physique ou psychique influe fortement sur la manière dont nous vivons notre sexualité, que ce soit dans l’acceptation de soi, ou la manière dont nous nous protégeons ou pas contre les maladies sexuellement transmissibles et acceptons ou pas l’autre quand il-elle est malade par exemple [...]

Libération – PMA : «Si Dieu me permet d’avoir un enfant, peu importe le moyen»

PMA : «Si Dieu me permet d’avoir un enfant, peu importe le moyen» - lien Extrait : Dans les locaux de l’association LGBT David & Jonathan, dans le XIIe arrondissement de Paris, un immense drapeau arc-en-ciel est accroché au mur. Sur la table basse, le dernier rapport de SOS homophobie côtoie un ouvrage sur les liens entre foi et homosexualité. Depuis 1972, l’association défend une autre vision du christianisme et se bat pour faire accepter les personnes LGBT au sein de la religion. Marianne Berthet-Goichot en est membre depuis 2010. «On essaie de défendre l’idée que l’Eglise est plurielle. Je fais aussi partie de cette Eglise et pourtant je suis lesbienne et maman.» En 2013, lors des débats sur le mariage pour tous, elle a eu avec Catherine, sa compagne, une fille par PMA. Dans leur petite paroisse rurale de l’Yonne, elles l’ont très vite fait baptiser. «On avait contacté le prêtre, qu’on connaissait bien. Ça s’est bien passé, comme ça aurait été le cas pour n’importe quelle autre personne de la paroisse. Le prêtre m’a dit : "Moi, j’applique la loi." J’étais en procédure d’adoption de ma fille, puisque dans le cadre d’une PMA on est obligé de passer par l’adoption de son propre enfant. Sur le registre de baptême, il n’a écrit que le nom de ma femme mais a laissé de la place pour rajouter mon nom. Deux mois plus tard, quand je lui ai envoyé l’attestation de mariage, il a ajouté mon nom. J’ai trouvé la démarche très mignonne.» Dès 2013, David & Jonathan s’est positionné en faveur de la PMA pour toutes. Fin mai, l’association a publié un communiqué pour contrer les arguments des opposants et «montrer, avec notre regard de chrétien, que ce [...]

PMA pour toutes les femmes : Contribution de David & Jonathan

PMA pour toutes les femmes Contribution de David & Jonathan   Paris, le 27 mai 2018   David & Jonathan, mouvement LGBT chrétien ouvert à toutes et tous, s’engage en faveur de l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. Notre mouvement s’implique dans le débat public sur cette question, en faisant entendre la parole de personnes concernées. Nous nous exprimons en tant que mouvement LGBT engagé contre les discriminations, mais aussi en tant que mouvement chrétien, en ayant un regard d’ouverture sur les questions éthiques liées à la Procréation Médicalement Assistée, pour tous les couples de femmes. Aujourd’hui, le débat public qui s’est engagé ne nous paraît pas permettre de faire entendre la parole des personnes concernées, cela questionne la légitimité de certains des débats publics. L’ouverture de l’accès aux techniques de procréation médicalement assistée à toutes les femmes est avant tout une décision politique. Elle nous parait être mise de manière inappropriée sur le même plan que d’autres  nécessaires réflexions bioéthiques qui portent sur le contenu même des techniques et la manière de les organiser. Cela a pour effet de détourner le débat des questions essentielles en utilisant les familles LGBT comme épouvantail, en les stigmatisant et en permettant, voir en légitimant, l’expression d’une homophobie latente, d’autant plus que l’on ne donne pas ou peu la parole aux familles directement concernées. Faute d’écoute des parcours de vie, l’ignorance conduit à des approximations dans l’usage des termes et favorise les préjugés, l’homophobie et le sexisme. La PMA telle qu’elle existe, en France et à l’étranger, le rôle du donneur, l’anonymat du don, sont des questions importantes et délicates. A l’heure où six Français sur dix soutiennent l’ouverture de la PMA aux couples de femmes, nous pensons que la seule façon d’obtenir [...]

La nouvelle république : être homosexuel-le et chrétien-le

La nouvelle république - Vienne : être homosexuel-le et chrétien-ne Source -> lien Réuni ce week-end dans la Vienne, le mouvement homosexuel chrétien “ David et Jonathan ” fait de la lutte contre l’homophobie son combat essentiel. Comment vivre sa foi quand on est homosexuel ? Comment instaurer un dialogue avec les autorités religieuses et la communauté chrétienne ? Comment lutter concrètement contre l’homophobie au sein de l’Église, de la communauté chrétienne et de la société ? “ L’Église nous renvoie l’homosexualité comme un douloureux problème ” Autant d’interrogations auxquelles tente de répondre l’association David et Jonathan, mouvement homosexuel chrétien créé dans les années 70, qui revendique près de 500 adhérents. Le mouvement a organisé sa rencontre nationale annuelle, en ce week-end de la Pentecôte, au Domaine de Traversais à Bonneuil-Matours. « L’objet de ces journées est de redéfinir notre projet d’association après l’étape du Mariage pour tous, commentent Anthony Favier avec Marie-Hélène Nouvion, coprésidents de David et Jonathan. Cela a été le dernier grand combat qu’on a vécu. On était très peu en pointe jusqu’alors sur ces sujets-là mais il a fallu finalement s’engager. » Le combat, justement, a été plutôt rude. « C’était très violent, souligne Marie-Hélène Nouvion. Beaucoup de gens se sont même questionnés à ce moment-là sur leur appartenance à l’Église, spécialement au moment de la Manif pour tous ! » Au lendemain de la Journée internationale contre l’homophobie, le mouvement, par ailleurs favorable à la PMA, sait que l’essentiel de son action se joue là. « L’idée, c’est que, s’il y a moins d’homophobie dans la société, il y en aura moins dans l’Église, plaide Anthony Favier. Si on est optimiste, on peut dire que ça va un peu mieux. Le Pape François fait souffler un vent nouveau. Mais à notre niveau, [...]

Journées annuelles de rencontre 2018 (19-21 mai)

L’homophobie religieuse, sans insultes ni coups, c’est toujours de l’homophobie

Communiqué de presse à l’occasion de la journée internationale de l’IDAHOT L’homophobie religieuse, sans insultes ni coups, c’est toujours de l’homophobie     Paris, le 16 mai 2018 En ce 17 mai, Journée Internationale de Lutte contre l’Homophobie et la Transphobie (IDAHOT), David & Jonathan, mouvement LGBT chrétien, souhaite partager le récit de Brigitte et Colette, témoins de l’homophobie ordinaire dont a été victime leur amie Annick lors des obsèques de celle qui fût sa compagne puis sa femme pendant 48 ans. Parce que Claude & Annick étaient homosexuelles, un prêtre catholique a refusé de célébrer la messe d’enterrement dans son église. Avec cette histoire, nous voulons dire que l’homophobie, ce ne sont pas seulement des insultes ou des coups : Quand on se demande si on peut accompagner une personne homosexuelle vers son dernier voyage de la même façon que n’importe quelle autre personne, Quand on dédaigne la compagne de 48 ans de vie commune, Quand on mésestime sa peine et qu’on lui fait violence, même sans mauvaise intention, alors qu’elle vient de perdre l’être cher, Quand on se sent mal à l’aise pour célébrer des obsèques, du simple fait que la défunte est une femme qui vivait avec une autre femme, Alors, oui, c’est de l’homophobie : une homophobie ordinaire, qui ne dit pas son nom. Celle qui blesse. Celle qui meurtrit le cœur et l’âme. Nous appelons de toutes nos forces les Eglises de France, qui se donnent pour mission d’accompagner les personnes et de « protéger les plus faibles », à se saisir de ce témoignage et à commencer une vraie réflexion sur l’accompagnement des personnes homosexuelles en deuil. Parce que les Eglises, qu’elles le veuillent ou non, seront de plus en plus confrontées à ces [...]

Communiqué de presse : David & Jonathan met en cause l’approche de Mgr Aupetit sur l’ouverture de la PMA à toutes les femmes

Communiqué de presse : David & Jonathan met en cause l’approche de Mgr Aupetit sur l’ouverture de la PMA à toutes les femmes   Paris le 10 mai 2018 Invité de France inter le 7 mai 2018 pour s’exprimer sur le projet d’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, Mgr Aupetit, archevêque de Paris, a exprimé son opposition en jugeant qu’elle « [créerait] une situation » dont les enfants seraient « victimes ». David & Jonathan, association LGBT chrétienne, condamne cet argumentaire psychologique infondé, qui ne tient aucun compte des réalités des familles. A défaut d’engager une démarche d’écoute à partir du vécu des familles mono et homoparentales, afin de ne pas se contenter de « regarder du balcon » comme l’a dit le Pape François, Mgr Aupetit s’est retranché derrière des considérations psychologiques, légitimant selon lui la position de l’Eglise catholique comme protectrice des enfants. Ceux-ci seraient des « victimes » d’un manque « créé » par le désir de parents ne pouvant pas avoir « naturellement » des enfants. La morale chrétienne servirait alors de garde-fou face à une « société individualiste ». Loin de protéger « le plus faible », la posture défendue par Mgr Aupetit prend en otage des enfants. Vouloir démontrer une faute morale des parents par une supposée souffrance des enfants ne nous parait pas conforme au message du Christ. C’est, de plus, extrêmement violent pour des femmes ayant mis au monde et élevé un enfant d’être ainsi accusées. Le vécu des familles homoparentales est beaucoup plus divers, et beaucoup plus riche que cette vision proposée par Mgr Aupetit. Ces familles, comme d’autres, montrent qu’il peut y avoir plusieurs modèles de familles et que, bien loin de créer des « victimes », elles permettent à des enfants de s’épanouir, et sont une richesse [...]

L’Eglise et l’homosexualité – Dossier du journal La Croix 21-22 avril 2018

Le journal La Croix publie un dossier sur L'Eglise et l'homosexualité (21-22 avril 2018) - lien L’Eglise et l’homosexualité – La Croix 21 avril 2018 Extraits : « Les personnes homosexuelles et leurs parents ont l’impression que l’Eglise parle d’accueil mais qu’elle les place à part ». […] De plus, « l’homophobie est encore très présente dans l’ensemble de la société, ‘reste une des causes majeures des suicides d’adolescents’ ». […] Dans l’Eglise catholique, « petit à petit, la mobilisation progresse. Jusque-là très discrets, voire cachés ou réservés à ‘certains prêtres’ connus comme ‘plus ouverts’, l’accueil et l’accompagnement des personnes et aussi des couples homosexuels sortent de l’ombre », ainsi « 35 diocèses ont ‘missioné’ des personnes ‘pour proposer des initiatives en lien avec l’homosexualité’ se réjouit Claude Besson. ». […] Le journal rappelle bien sûr la parole d'ouverture du pape François « Si une personne est homosexuelle et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour juger ? »  ainsi que son texte Amoris Laetita. "Le refus des instances diocésaines nous a blessées" Elisabeth Saint-Guily et Géraldine Beys (de David & Jonathan) Géraldine, journaliste, était mariée lorsqu’elle a rencontré  Elisabeth, doctorante en économie rurale après avoir été onze ans conseillère agricole. Les deux femmes se voyaient souvent à Avesne-sur-Helpe, et se sentaient de plus en plus attirées l’une par l’autre. « J’étais un peu dans le brouillard », se souvient Géraldine. Jusqu’à ce jour de décembre 2006 où elle révèle son amour à Elisabeth. Du fait de ses valeurs familiales catholique, Elisabeth « culpabilise » face à son attirance pour une femme mariée : « j’envisageais même de déménager ». Géraldine décide de demander le divorce en 2007. Les deux femmes s’installent ensemble en 2008. Elisabeth, très engagée dans l’Eglise – « J’ai foi en un Christ qui libère et appelle à [...]

LGBT : une proposition de loi pour interdire les «thérapies de conversion» – intervention de D&J

LGBT : une proposition de loi pour interdire les «thérapies de conversion» 11 avril 2018 - par Florian Bardou (extrait du site de Libération - lien) LGBT : une proposition de loi pour interdire les «thérapies de conversion» Jusque-là marginales en France, les «thérapies» dites de conversion pourraient bientôt être interdites. Dans la foulée du Parlement européen, qui a condamné début mars ces «traitements» censés «réorienter» les personnes gays, lesbiennes, bis et transgenres vers l’hétérosexualité ou leur genre assigné à la naissance, la députée LREM Laurence Vanceunebrock-Mialon s’apprête en effet à déposer une proposition de loi les prohibant en France avec le soutien de la majorité parlementaire. «Ces pratiques sont indignes et même si elles sont méconnues, elles ont lieu en France où elles font des ravages, défend à ce propos l’élue, ouvertement lesbienne, à l’initiative du texte. L’Union européenne a appelé ses Etats-membres à légiférer. Si la France est le pays des droits de l’homme, elle ne peut pas rester silencieuse sur cette question.» C’est tout le propos de la prochaine proposition de loi. Interdiction des thérapies de conversion (lien) . Inspirée par une loi maltaise unique en Europe, la députée de l’Allier souhaite que s oient punies les «pratiques visant à changer l’orientation sexuelle d’une personne» par des peines de prison allant de trois ans, même en l’absence d’ITT, à dix ans d’emprisonnement, dans le cas où elles auraient entraîné le suicide d’une personne LGBT. Selon le document consulté par Libération (et encore à l’état de brouillon), ces lourdes peines sont accompagnées d’amendes conséquentes calquées sur l’article L-222 du code pénal punissant les auteurs de «tortures ou d’actes de barbarie». «Certes, ces "thérapies" ne se font pas au grand jour comme cela peut-être le cas dans d’autres pays [...]

Revue de presse : David & Jonathan, SOS homophobie et los Bascos dénoncent l’intervention de « Courage »

L'évêque de Bayonne lâche l'asso catholique ultraconservatrice Courage - 5 mars 2018 - lien L'évêque de Bayonne lâche l'asso catholique ultraconservatrice Courage Ce n’est pas vraiment son genre. Mais Marc Aillet, l’ultraconservateur évêque de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) a bien été obligé, ce week-end, de faire machine arrière. Et d’annuler in extremis les réunions de l’association catholique Courage, prévues les 7 et 8 mars, à Bayonne et à Pau. «Compte tenu des remous médiatiques […], des malentendus et des tensions qui en ont découlé, nous préférons surseoir à l’organisation de ces deux réunions», a prévenu le diocèse dimanche dans un communiqué. Dans la foulée, l’évêché regrettait «qu’au nom d’une conception erronée de la laïcité, certains groupes puissent contester à l’Eglise le droit et la liberté de prendre [ces] initiatives». «C’est une décision raisonnable. Car maintenir ces réunions était une provocation», a commenté, auprès de Libération, Bernard Gachen, président des Bascos, l’association LGBT locale. Très mobilisée, elle avait prévu de manifester lors des réunions de Courage, et même éventuellement d’y intervenir. Mais le soulagement est partiel dans le camp LGBT. En cause : les objectifs plus ou moins avoués de Courage, une association d’origine américaine qui s’est implantée, en 2014-2015 dans l’Hexagone, dans la foulée de la Manif pour tous. «Nous craignons fortement des dérives, explique à Libération Marianne Berthet-Goichot, la porte-parole de l’association chrétienne LGBT David et Jonathan. Courage a fait l’objet de plusieurs plaintes aux Etats-Unis pour des thérapies dites de conversion.» Des méthodes très contestées, visant à faire rentrer dans le droit chemin de l’hétérosexualité, les gays… Très récemment, le Parlement européen a d’ailleurs condamné ces «thérapies de guérison». «En France, Courage promeut la chasteté. Ce qui est d’ailleurs la ligne officielle de l’Eglise catholique», poursuit Marianne Berthet. Cependant, David et Jonathan, très inquiète, a signalé les [...]