Revue de Presse

/Revue de Presse

Marche des fiertés LGBT – Paris juin 2018

Marche des fiertés LGBT - Paris juin 2018 De forts moments d'émotions vécus ensemble lors de cette marche : militance pour les droits humains, revendication de l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, recueillement en hommage aux victimes du Sida, mais aussi moments festifs et joyeux. REVUE DE PRESSE : Gay Pride 2018: le mot d'ordre pour la Marche des Fiertés montre que la bataille de la PMA se rapproche(30/06/18 - Huffpost - lien) [...] "Lesbiennes: PMA entravée" C'est par exemple le cas de David et Jonathan, mouvement chrétien, dont le char affichera les mots "Chrétien-ne-s pour la PMA" (lien). À Paris, une célébration œcuménique pour préparer la Marche des Fiertés (29/06/18 - La Croix - lien)   À la veille de la Marche des Fiertés samedi 30 juin, des groupes paroissiaux ou associations chrétiennes se réunissent à la cathédrale américaine de Paris. Cette célébration œcuménique de prière se tient chaque année depuis douze ans. Depuis 2006, ils sont une centaine de chrétiens LGBT venant de la région parisienne ou non à se retrouver dans le 8e arrondissement pour prier ensemble à chaque veille de la Marche des Fiertés. La cathédrale épiscopalienne de Paris organise et accueille cette célébration œcuménique. Son but : « Lancer la marche du lendemain. » [...] La Marche des Fiertés comme une célébration « La Marche des Fiertés prend souvent un tournant politique et revendicatif, mais, avec cette veillée annuelle, nous voulons aussi lui donner un sens de fête », affirme Gabriel Sampaio, responsable du groupe Paris Île-de-France de l’association David et Jonathan, mouvement homosexuel chrétien, co-organisateur de la veillée. Ce catholique fait aussi partie du groupe pastoral « Se parler » du diocèse de Créteil, destiné aux personnes « concernées par l’homosexualité ». « Les membres ont été invités [...]

RCF : Alsace – David & Jonathan – juin 2018

Depuis le début des années 70, cette association chrétienne accompagne les personnes homosexuelles désireuses de vivre leur foi en leur proposant un lieu d’accueil et de partage (30 juoin 2018 - lien).   Parmi les 7000 personnes qui défilaient dans les rues de Strasbourg le 9 juin dernier à l’occasion de la Marche des Visibilités se trouvaient des membres de l’association « David & Jonathan ». La journée avait commencé pour eux par un brunch suivi d’une célébration œcuménique à la paroisse protestante Saint Guillaume. Pierre et Fabien ont intégré l’association il y a cinq ans. Une manière pour eux de se réconcilier avec l’Eglise et d’assumer leur homosexualité dans un parcours de foi. Françoise elle a adhéré depuis 2002 en même temps qu’elle acceptait enfin son homosexualité. Même si dans ce défilé les membres de l’association sont considérés comme « des grenouilles de bénitiers » comme le souligne le responsable de l’association pour Mulhouse, cette journée a permis aux uns et aux autres d’affirmer des convictions qui leur tiennent à cœur. Un reportage de Marc Jonas et Antoine Thomas      

Libération – PMA : «Si Dieu me permet d’avoir un enfant, peu importe le moyen»

PMA : «Si Dieu me permet d’avoir un enfant, peu importe le moyen» - lien Extrait : Dans les locaux de l’association LGBT David & Jonathan, dans le XIIe arrondissement de Paris, un immense drapeau arc-en-ciel est accroché au mur. Sur la table basse, le dernier rapport de SOS homophobie côtoie un ouvrage sur les liens entre foi et homosexualité. Depuis 1972, l’association défend une autre vision du christianisme et se bat pour faire accepter les personnes LGBT au sein de la religion. Marianne Berthet-Goichot en est membre depuis 2010. «On essaie de défendre l’idée que l’Eglise est plurielle. Je fais aussi partie de cette Eglise et pourtant je suis lesbienne et maman.» En 2013, lors des débats sur le mariage pour tous, elle a eu avec Catherine, sa compagne, une fille par PMA. Dans leur petite paroisse rurale de l’Yonne, elles l’ont très vite fait baptiser. «On avait contacté le prêtre, qu’on connaissait bien. Ça s’est bien passé, comme ça aurait été le cas pour n’importe quelle autre personne de la paroisse. Le prêtre m’a dit : "Moi, j’applique la loi." J’étais en procédure d’adoption de ma fille, puisque dans le cadre d’une PMA on est obligé de passer par l’adoption de son propre enfant. Sur le registre de baptême, il n’a écrit que le nom de ma femme mais a laissé de la place pour rajouter mon nom. Deux mois plus tard, quand je lui ai envoyé l’attestation de mariage, il a ajouté mon nom. J’ai trouvé la démarche très mignonne.» Dès 2013, David & Jonathan s’est positionné en faveur de la PMA pour toutes. Fin mai, l’association a publié un communiqué pour contrer les arguments des opposants et «montrer, avec notre regard de chrétien, que ce [...]

La nouvelle république : être homosexuel-le et chrétien-le

La nouvelle république - Vienne : être homosexuel-le et chrétien-ne Source -> lien Réuni ce week-end dans la Vienne, le mouvement homosexuel chrétien “ David et Jonathan ” fait de la lutte contre l’homophobie son combat essentiel. Comment vivre sa foi quand on est homosexuel ? Comment instaurer un dialogue avec les autorités religieuses et la communauté chrétienne ? Comment lutter concrètement contre l’homophobie au sein de l’Église, de la communauté chrétienne et de la société ? “ L’Église nous renvoie l’homosexualité comme un douloureux problème ” Autant d’interrogations auxquelles tente de répondre l’association David et Jonathan, mouvement homosexuel chrétien créé dans les années 70, qui revendique près de 500 adhérents. Le mouvement a organisé sa rencontre nationale annuelle, en ce week-end de la Pentecôte, au Domaine de Traversais à Bonneuil-Matours. « L’objet de ces journées est de redéfinir notre projet d’association après l’étape du Mariage pour tous, commentent Anthony Favier avec Marie-Hélène Nouvion, coprésidents de David et Jonathan. Cela a été le dernier grand combat qu’on a vécu. On était très peu en pointe jusqu’alors sur ces sujets-là mais il a fallu finalement s’engager. » Le combat, justement, a été plutôt rude. « C’était très violent, souligne Marie-Hélène Nouvion. Beaucoup de gens se sont même questionnés à ce moment-là sur leur appartenance à l’Église, spécialement au moment de la Manif pour tous ! » Au lendemain de la Journée internationale contre l’homophobie, le mouvement, par ailleurs favorable à la PMA, sait que l’essentiel de son action se joue là. « L’idée, c’est que, s’il y a moins d’homophobie dans la société, il y en aura moins dans l’Église, plaide Anthony Favier. Si on est optimiste, on peut dire que ça va un peu mieux. Le Pape François fait souffler un vent nouveau. Mais à notre niveau, [...]

L’Eglise et l’homosexualité – Dossier du journal La Croix 21-22 avril 2018

Le journal La Croix publie un dossier sur L'Eglise et l'homosexualité (21-22 avril 2018) - lien L’Eglise et l’homosexualité – La Croix 21 avril 2018 Extraits : « Les personnes homosexuelles et leurs parents ont l’impression que l’Eglise parle d’accueil mais qu’elle les place à part ». […] De plus, « l’homophobie est encore très présente dans l’ensemble de la société, ‘reste une des causes majeures des suicides d’adolescents’ ». […] Dans l’Eglise catholique, « petit à petit, la mobilisation progresse. Jusque-là très discrets, voire cachés ou réservés à ‘certains prêtres’ connus comme ‘plus ouverts’, l’accueil et l’accompagnement des personnes et aussi des couples homosexuels sortent de l’ombre », ainsi « 35 diocèses ont ‘missioné’ des personnes ‘pour proposer des initiatives en lien avec l’homosexualité’ se réjouit Claude Besson. ». […] Le journal rappelle bien sûr la parole d'ouverture du pape François « Si une personne est homosexuelle et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour juger ? »  ainsi que son texte Amoris Laetita. "Le refus des instances diocésaines nous a blessées" Elisabeth Saint-Guily et Géraldine Beys (de David & Jonathan) Géraldine, journaliste, était mariée lorsqu’elle a rencontré  Elisabeth, doctorante en économie rurale après avoir été onze ans conseillère agricole. Les deux femmes se voyaient souvent à Avesne-sur-Helpe, et se sentaient de plus en plus attirées l’une par l’autre. « J’étais un peu dans le brouillard », se souvient Géraldine. Jusqu’à ce jour de décembre 2006 où elle révèle son amour à Elisabeth. Du fait de ses valeurs familiales catholique, Elisabeth « culpabilise » face à son attirance pour une femme mariée : « j’envisageais même de déménager ». Géraldine décide de demander le divorce en 2007. Les deux femmes s’installent ensemble en 2008. Elisabeth, très engagée dans l’Eglise – « J’ai foi en un Christ qui libère et appelle à [...]

LGBT : une proposition de loi pour interdire les «thérapies de conversion» – intervention de D&J

LGBT : une proposition de loi pour interdire les «thérapies de conversion» 11 avril 2018 - par Florian Bardou (extrait du site de Libération - lien) LGBT : une proposition de loi pour interdire les «thérapies de conversion» Jusque-là marginales en France, les «thérapies» dites de conversion pourraient bientôt être interdites. Dans la foulée du Parlement européen, qui a condamné début mars ces «traitements» censés «réorienter» les personnes gays, lesbiennes, bis et transgenres vers l’hétérosexualité ou leur genre assigné à la naissance, la députée LREM Laurence Vanceunebrock-Mialon s’apprête en effet à déposer une proposition de loi les prohibant en France avec le soutien de la majorité parlementaire. «Ces pratiques sont indignes et même si elles sont méconnues, elles ont lieu en France où elles font des ravages, défend à ce propos l’élue, ouvertement lesbienne, à l’initiative du texte. L’Union européenne a appelé ses Etats-membres à légiférer. Si la France est le pays des droits de l’homme, elle ne peut pas rester silencieuse sur cette question.» C’est tout le propos de la prochaine proposition de loi. Interdiction des thérapies de conversion (lien) . Inspirée par une loi maltaise unique en Europe, la députée de l’Allier souhaite que soient punies les «pratiques visant à changer l’orientation sexuelle d’une personne» par des peines de prison allant de trois ans, même en l’absence d’ITT, à dix ans d’emprisonnement, dans le cas où elles auraient entraîné le suicide d’une personne LGBT. Selon le document consulté par Libération (et encore à l’état de brouillon), ces lourdes peines sont accompagnées d’amendes conséquentes calquées sur l’article L-222 du code pénal punissant les auteurs de «tortures ou d’actes de barbarie». «Certes, ces "thérapies" ne se font pas au grand jour comme cela peut-être le cas dans d’autres pays comme [...]

Revue de presse janvier 2018 : Couples chrétien-ne-s LGBT, PMA pour toutes, …

Alice & Marie-Céline, l’amour au féminin - janvier 2018 Alice, 48 ans, aime les levers de soleil, Marie-Céline, 57 ans, préfère les couchers, mais elles vibrent au même tempo. Quand elles se sont rencontrées, il y a trois ans, l’amour leur est apparu comme une évidence. « Nous avons tout de suite su que que nous allions cheminer ensemble », disent-elles à l’unisson, mais à la cinquantaine, « on sait mieux ce que l’on désire et on va à l’essentiel ». Le 6 août 2016, elles se sont mariées. « Le mariage est un engagement fort et une protection réciproque entre les êtres aimés. Il nous rend visible aussi, et simplifie les relations avec nos intermlocuteurs. Quans on se présente, on peut enfin dire : voici Alice – ou Marie-Céline -, ma femme ». La famille, les proches étaient présent-e-s. Au fil des années, les catholiques pratiquants et leur entourage on changé de regard sur l’homosexualité. Leur projet ? Retourner à Taizé [communauté monastique oeucuménique - Saône et Loire], où elles ont passé leur voyage de noces – toutes les deux sont croyantes -. Leur espérance ? Faire grandir leur amour et, dans trente ans, se tenir encore la main dans la main. Alice & Marie-Céline sont des membres de David&Joanthan.   Les cathos ne feront pas de cadeau - janvier 2018 La Manif pour tous et autres croisés anti-PMA pour toutes bougent encore. Toujours déterminés, ils aiguisent dans l’ombre leurs arguments pour se faire entendre dans le « débat » promis par Emmanuel Macron. […] [En ce qui concerne l’accès aux origines de l’enfant] « il serait incomplet, voire malhonnête, de ne mettre en place cette disposition que pour les couples de femmes », retorque Marianne, de David & Jonathan. Et de soupirer « dans les couples homos, [...]

Témoignagnes de D&Jistes nantais-e-s

Témoignages de D&Jistes nantais-e-s   Extrait de Garçon Magazine n°130 – Mars-Avril 2017 L’association D&J a bien évolué en 45 ans d’existence, après avoir été fondée par un petit groupe de Catholiques parisiens. Avec ses 400 adhérent-e-s réparti-e-s sur une vingtaine de groupes en province et à Paris, D&J se veut une force d’interrogation, autant envers les Eglises qu’envers les autres associations LGBT. Témoignages de membres du groupe de Nantes. Propos recueillis par Pierre Cocheteux Témoignage de M. (femme) Un nouveau membre de notre groupe nantais me disait récemment : « En arrivant à David & Jonathan, j’ai tout de suite apprécié la présence des femmes (autant que d’hommes !). La mixité dans le monde LGBTI, c’est une chance et une ouverture sur la différence », et une adhérente ajoutait : « moi, j’aime qu’on puisse parler de ce qui nous touche en profondeur, ce que nous faisons chaque mois lors des rencontres « Spiritualités plurielles » où chacun-e parle de ce qui est important pour lui/elle, dans un climat de confiance et de convivialité. » A partir du moment où j’ai découvert mon homosexualité, j’ai rencontré des Chrétien-ne-s qui m’ont acceptée comme je suis, qui m’ont dit : « Qui sommes-nous pour te juger ? » J’ai fait tomber le voile de la honte et de la culpabilité devant Dieu. Oui, à partir de là, je me suis réconciliée avec le Seigneur, avec l’Eglise. Bien qu’au sein de celle-ci, des propos homophobes soient prononcés, je sais et suis convaincue de la certitude de son Amour pour moi. Un Amour inébranlable, inconditionnel et sans jugement. Depuis, je pratique ma religion catholique, et je me sens à ma place, dans l’Eglise qui est la maison de Dieu. Elle rassemble mes frères et mes sœurs hétéros, dont certain-e-s sont contre [...]

Inclusivité : Dans nos paroisses, quand on dit qu’on est LGBT, les gens veulent comprendre

Inclusivité : Dans nos paroisses, quand on dit qu'on est LGBT, les gens veulent comprendre Nicolas Neiertz, membre de l’association David & Jonathan - Garçon magazine mars/avril 2017 Extrait : « Il a développé un discours d’accueil inclusif, sans condition, quelles que soient leur orientation sexuelle ou leur identité de genre. » Ancien co-président de l’association, ce Parisien nous explique en quoi la religion catholique s’ouvre peu à peu à la société d’aujourd’hui, et quelles sont les actions de l’association qui existe depuis 45 ans. L’association est née en 1972. Quel était son but ? Nous sommes la plus ancienne organisation LGBT en France. Nous sommes un mouvement homosexuel chrétien ouvert à toutes et tous. Chaque mot compte. Nous visons toute variante du christianisme, nous sommes un mouvement mixte, et toutes les spiritualités sont les bienvenues. C’est un mouvement chrétien, mais nous sommes ouverts à l’individu, nous avons une charte humaniste. Le but au début était de vivre ensemble et de manière épanouie sa spiritualité et son orientation affective et sexuelle. C’est-à-dire de mettre au centre de la table le rapprochement (entre) religion et sexualité. Quelles sont aujourd’hui les positions claires du Vatican sur ces questions-là ? L’Eglise catholique est un univers extrêmement varié, il y a toutes les sensibilités. Le Pape François a une manière d’être catholique. Mon curé de paroisse aussi, moi aussi. On a chacun-e notre manière, et ceci forme l’Eglise, c’est l’ensemble des croyant-e-s, ce qui la fait vivre. Il y a donc plusieurs sensibilités sur la question de l’homosexualité. Le Pape François a exprimé ses positions, qui sont très différentes de celles de ses prédécesseurs. Il a différencié deux choses. La doctrine tout d’abord, qui n’est pas favorable aux questions homos, il faut être [...]

Être parent et homosexuel : le témoignage de Lionel- 17 mars 2017

Être parent et homosexuel, le témoignage de Lionel de D&J - 19 mars 2017 - 14h00 Extrait de La Voix du Nord -> lien Lionel était marié et père de deux enfants. Avant d’assumer et de révéler son homosexualité à sa famille. Il témoigne [...] sur  « Comment annoncer son homosexualité à ses enfants ». «  Il faut que je porte le flambeau pour les autres  ». Lionel, 65 ans, n’a pas hésité une seconde lorsqu’on lui a proposé de participer à l’émission "Mille et une vies", présentée par Sophie Davant et diffusée sur France 2 [...]. Lui qui a été aidé, conseillé pour assumer son homosexualité alors qu’il était marié et père de deux enfants, veut désormais «  rendre service à d’autres qui ont du mal à parler  ». «  Je me suis rendu compte que d’autres personnes étaient comme moi : parent et homosexuel-le, poursuit Lionel. Et pourtant, ils sont nombreux à ne pas réussir à faire leur coming-out et c’est très difficile de vivre avec un secret pareil  » [...] «  assumez-vous dès que possible  », résume-t-il. «  Même si ce n’est pas facile, il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt  ». Et pourtant, à écouter le parcours de Lionel, on se rend compte que même accompagné depuis des années, il n’a jamais osé révéler son homosexualité au travail… avant le jour de sa retraite. Celui qui a travaillé toute sa carrière dans la même boîte craignait, non pas le regard des autres, mais que l’on puisse lui refuser d’être en contact avec des clients. Premier amour secret à 18 ans Dans sa vie personnelle aussi, le cheminement n’a pas été simple. Il évoque ses premières sensations, un peu confuses, dans sa [...]