Spiritualité

/Spiritualité

Lettre ouverte : Un regard LGBT sur les abus sexuels dans l’Eglise catholique

Lettre ouverte : Un regard LGBT sur les abus sexuels dans l’Eglise catholique   Paris, le 21 mars 2019   Un très grand nombre d’affaires de pédophilie, d’abus sexuels envers des religieuses ou d’autres personnes éclatent dans l’Église catholique dans le monde entier (États-Unis, France, Allemagne, Pays-Bas, Irlande, Chili, etc.). Ces affaires apparaissent aujourd’hui publiquement, par la condamnation du cardinal Barbarin pour non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs, par les dépôts de plainte pour agression sexuelle contre le nonce apostolique en France Luigi Ventura, par des investigations médiatiques sur les abus envers les religieuses, ou par un film tel que « Grâce à Dieu » de François Ozon, qui témoigne du combat de l’association « La parole libérée ». En regard, le sommet mondial pour la protection des mineurs organisé par le Vatican a suscité bien des déceptions, et le refus du pape François d’accepter la démission du cardinal Barbarin envoie un message très négatif. Notre mouvement David & Jonathan affirme ici son soutien aux victimes, dont nous saluons les courageux témoignages. Trop souvent dans l’Église catholique, le silence est imposé sur les questions de sexualité. Cette loi du silence est d’autant plus dangereuse qu’elle est entre les mains de prêtres qui détiennent tout pouvoir au sein de l’institution ecclésiale, ce qui ne peut qu’encourager abus et violences. Les actes délictueux ou criminels commis par certains prêtres mettent en cause tout un système qui s’est montré dans l’incapacité, durant plusieurs dizaines d’années, d’entendre la souffrance des victimes. Une culture du secret et du déni a été volontairement entretenue, dans un souci profondément déplacé de protection de l’institution ecclésiastique. L’entre-soi, l’isolement, l’absence de diversité dans l’exercice du pouvoir et de regard critique extérieur n’ont fait que renforcer cette attitude, que l’on [...]

Christianisme, sexualité et transgenre – Témoignage de Cyrille, D&Jiste

L'Eglise et moi - France Culture 31/01/2019 -> écouter Cyrille a grandi dans un milieu conservateur catholique de l’Ouest parisien. Il se rend alors régulièrement à la messe. Des associations anti-avortement interviennent dans son école de Neuilly. Sa famille milite avec la « Manif pour tous ». « J’avais intériorisé l’homophobie. J’étais le bourreau de moi-même. » A l’adolescence, alors qu’il vit encore une existence sociale de femme, il éprouve ses premiers désirs affectifs et sexuels pour une autre femme. Un  été, il assiste au forum de la Communauté de l’Emmanuel, une communauté charismatique. « L’homosexualité était quelque chose  qu’il fallait arriver à « guérir ». Il ne fallait surtout pas céder à la  tentation de mettre en pratique ces désirs-là. » Il trouve une forme d’apaisement dans sa pratique religieuse, jusqu’au jour où, étudiant, il rencontre des gens qui pensent différemment. « Je me suis questionné sur les images que m’évoquai l’homosexualité, j’ai fait un vrai travail de déconditionnement. » Cyrille est maintenant membre de David & Jonathan. « La démarche de David & Jonathan est que l’on peut être chrétien.ne et LGBT et avoir une vie sexuelle et affective épanouie et une identité de genre épanouie. Lors de mes premiers week-ends à David & Jonathan, j’ai eu un sentiment d’apaisement incroyable. Cela m’a fait un bien extraordinaire. J’ai pu découvrir ce qu’est la transidentité. Tout cela a pris plusieurs années, mais j’ai fini par rentrer dans un processus de transition. » Témoignage -> lien.

Homosexualité et vie chrétienne : Des initiatives diocésaines en faveur de l’accueil des personnes homosexuelles dans les paroisses catholiques

Homosexualité et vie chrétienne : Des initiatives diocésaines en faveur de l'accueil des personnes homosexuelles dans les paroisses catholiques Des adhérent.e.s de David & Jonathan, les associations Réflexion & Partage, Devenir Un En Christ et la Communion Béthanie, et des délégués diocésains à la pastorale des familles se sont associé.e.s ces derniers mois pour rédiger et diffuser à l'ensemble des évêques de France un document recensant les initiatives diocésaines en faveur de l'accueil des personnes homosexuelles et de leurs familles dans les paroisses catholiques. Ces initiatives sont au cœur de la nouvelle donne pastorale ouverte par l'exhortation apostolique "Amoris Laetitia" du pape François (2016). Elles sont décrites et illustrées par des témoignages. L'objectif de ce document est de s’ancrer dans une vigilance nécessaire, afin que ces initiatives au service des personnes nourrissent un juste discernement, dans le respect des consciences et du cheminement de chacun avec le Christ. -> Lien vers le document

Synode sur les jeunes : Il est temps d’agir pour accueillir les jeunes LGBT !

Synode international des évêques catholiques sur les jeunes : Il est temps d’agir pour accueillir les jeunes LGBT !     Paris le 6 octobre 2018 Du 3 au 28 octobre 2018 a lieu  le synode international des évêques catholiques sur les jeunes, la foi, et le discernement vocationnel. Lors de sa préparation, des jeunes LGBT (Lesbiennes, Gays, Bi, Trans) se sont exprimé.e.s pour rappeler leur place et leur engagement au sein de l’Eglise catholique et pour appeler à une meilleure prise en compte de leurs spécificités. Dans ce cadre, l’association David & Jonathan a fait parvenir en décembre 2017 une première contribution au Service national des Jeunes et des Vocations, qui a été reprise pour la synthèse française de la préparation au synode. Ce document évoque les discriminations subies par les jeunes homosexuel.le.s sur la question des vocations : «  la posture adoptée aujourd’hui par l’Eglise (catholique) peut être vécue d’autant plus douloureusement qu’elle ferme aux jeunes homosexuels hommes et femmes les principaux chemins de vie proposés que sont le mariage, le ministère ordonné et la vie consacrée ». Celles-ci sont révélatrices du malaise de l’Eglise catholique, qui, quand elle tient compte de leur situation, préfère mettre les jeunes concernés à part, se privant ainsi de leur volonté d’engagement. Le document du Vatican Instrumentum laboris [1] de préparation au synode montre que la parole de jeunes LGBT est parvenue jusqu’à Rome : « Des jeunes LGBT […], désirent ‘bénéficier d’une plus grande proximité’ et expérimenter une plus grande attention de la part de l’Église, tandis que certaines Conférence épiscopales s’interrogent sur ce qui peut être proposé ‘aux jeunes qui au lieu de former des couples hétérosexuels décident de constituer des couples homosexuels et, surtout, désirent être proches de l’Église’». [...]

Lettre ouverte – Déclaration du Pape François : quelles leçons en tirer ?

        Paris le 1er septembre 2018 Le dimanche 26 août, dans l’avion qui le ramenait d’Irlande le pape a répondu à un journaliste qui lui demandait ce qu’il dirait à des parents dont l’enfant s’avère homosexuel « Je leur dirais premièrement de prier, ne pas condamner, dialoguer, comprendre, donner une place au fils ou à la fille. […] Quand cela se manifeste dès l’enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie, pour voir comment sont les choses. C’est autre chose quand cela se manifeste après vingt ans. […] Je ne dirai jamais que le silence est un remède. Ignorer son fils ou sa fille qui a des tendances homosexuelles est un défaut de paternité ou de maternité ». Le “verbatim” diffusé le soir-même par le Vatican omet le mot « psychiatrie », et c’est heureux, mais la maladresse du pape questionne nombre de personnes LGBT et de chrétien.ne.s sur les leçons à en tirer. En effet, cette maladresse renvoie à des courants de pensée réactionnaires de l’Eglise catholique. Si la prière, l’écoute, le dialogue et la place accordée dans la famille nous semblent des conseils judicieux, le recours à la psychiatrie pour les enfants est totalement inapproprié et inacceptable. Il suppose que l’orientation homosexuelle relève de la maladie et qu’elle peut être « guérie » par un suivi psychologique voire des soins psychiatriques. Or cela est faux et nous connaissons nombre de personnes dont les vies ont été saccagées par ces tentatives vaines de pseudo-guérison via des procédures psychiatriques, des exorcismes ou des recours à d’autres pseudo-thérapies, notamment pour les plus jeunes, toutes aussi violentes que vaines. L’homosexualité a d’ailleurs été retirée depuis 1990 de la liste de l’OMS des maladies psychiatriques. Une fois de plus, ce type de propos ne permet pas de considérer [...]

Réaction de D&J aux déclarations du pape au sujet des enfants « aux tendances homosexuelles »

Intervention d'Antony Favier co-président de David & Joanthan sur France 24 - 27/08/2018 (lien)                 France Info - 27/08/2018 (lien et lien) "On ne peut pas laisser passer ça" : une association LGBT+ chrétienne "déçue" des propos du pape sur les enfants aux "tendances homosexuelles" Son intervention fait déjà polémique. Le pape François a recommandé dimanche 26 août le recours à la psychiatrie aux parents dont les enfants montrent des "tendances homosexuelles". "Quand cela se manifeste dès l'enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie, pour voir comment sont les choses, a estimé le souverain pontife, dans l'avion qui le ramenait d'Irlande à Rome. Il a aussi estimé que "le silence" n'était pas un "remède" : "Ignorer son fils ou sa fille qui a des tendances homosexuelles est un défaut de paternité ou de maternité."  Des propos qui ont "déçu" Anthony Favier, coprésident de l'association LGBT+ chrétienne David & Jonathan. Franceinfo : Comment réagissez-vous aux propos tenus par le pape ? Anthony Favier : C’est dur de réagir sur une phrase, mais on est déçus de la réponse du pape François. Faire le lien spontané entre orientation homosexuelle d’un enfant et psychiatrie donne le signal que l’homosexualité est potentiellement pathologique. Et on ne peut pas laisser passer une chose pareille. Toutes les associations LGBT vous diront que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne voit plus l’homosexualité comme un trouble depuis les années 1990 [précisément, le 17 mai 1990]. Que des personnes aient besoin d’un accompagnement psychologique car elles sont homosexuelles ou que leur enfant est homosexuel, pas de souci. Je nuancerais juste car selon le verbatim que j’ai sous les yeux, tout n’est pas négatif. Il dit que "le silence" n'est pas un "remède" : on [...]

RCF : Alsace – David & Jonathan – juin 2018

Depuis le début des années 70, cette association chrétienne accompagne les personnes homosexuelles désireuses de vivre leur foi en leur proposant un lieu d’accueil et de partage (30 juoin 2018 - lien).   Parmi les 7000 personnes qui défilaient dans les rues de Strasbourg le 9 juin dernier à l’occasion de la Marche des Visibilités se trouvaient des membres de l’association « David & Jonathan ». La journée avait commencé pour eux par un brunch suivi d’une célébration œcuménique à la paroisse protestante Saint Guillaume. Pierre et Fabien ont intégré l’association il y a cinq ans. Une manière pour eux de se réconcilier avec l’Eglise et d’assumer leur homosexualité dans un parcours de foi. Françoise elle a adhéré depuis 2002 en même temps qu’elle acceptait enfin son homosexualité. Même si dans ce défilé les membres de l’association sont considérés comme « des grenouilles de bénitiers » comme le souligne le responsable de l’association pour Mulhouse, cette journée a permis aux uns et aux autres d’affirmer des convictions qui leur tiennent à cœur. Un reportage de Marc Jonas et Antoine Thomas      

L’Eglise et l’homosexualité – Dossier du journal La Croix 21-22 avril 2018

Le journal La Croix publie un dossier sur L'Eglise et l'homosexualité (21-22 avril 2018) - lien L’Eglise et l’homosexualité – La Croix 21 avril 2018 Extraits : « Les personnes homosexuelles et leurs parents ont l’impression que l’Eglise parle d’accueil mais qu’elle les place à part ». […] De plus, « l’homophobie est encore très présente dans l’ensemble de la société, ‘reste une des causes majeures des suicides d’adolescents’ ». […] Dans l’Eglise catholique, « petit à petit, la mobilisation progresse. Jusque-là très discrets, voire cachés ou réservés à ‘certains prêtres’ connus comme ‘plus ouverts’, l’accueil et l’accompagnement des personnes et aussi des couples homosexuels sortent de l’ombre », ainsi « 35 diocèses ont ‘missioné’ des personnes ‘pour proposer des initiatives en lien avec l’homosexualité’ se réjouit Claude Besson. ». […] Le journal rappelle bien sûr la parole d'ouverture du pape François « Si une personne est homosexuelle et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour juger ? »  ainsi que son texte Amoris Laetita. "Le refus des instances diocésaines nous a blessées" Elisabeth Saint-Guily et Géraldine Beys (de David & Jonathan) Géraldine, journaliste, était mariée lorsqu’elle a rencontré  Elisabeth, doctorante en économie rurale après avoir été onze ans conseillère agricole. Les deux femmes se voyaient souvent à Avesne-sur-Helpe, et se sentaient de plus en plus attirées l’une par l’autre. « J’étais un peu dans le brouillard », se souvient Géraldine. Jusqu’à ce jour de décembre 2006 où elle révèle son amour à Elisabeth. Du fait de ses valeurs familiales catholique, Elisabeth « culpabilise » face à son attirance pour une femme mariée : « j’envisageais même de déménager ». Géraldine décide de demander le divorce en 2007. Les deux femmes s’installent ensemble en 2008. Elisabeth, très engagée dans l’Eglise – « J’ai foi en un Christ qui libère et appelle à [...]

Planète Jeunes : Contribution au prochain Synode

La synthèse des contributions françaises adressée à Rome pour le prochain synode des jeunes en octobre 2018, est parue (lien). D&J avait participé via Planète jeunes, nous sommes cités parmi les contributeurs. Si la synthèse se garde de prendre position, et se veut un état des lieux de la situation des jeunes et leur rapport à l’Eglise et la foi en France, elle rend compte des différentes sensibilités qui se sont exprimées. La situation des personnes homosexuelles fait partie des sujets sur lesquels une évolution de la posture ecclésiale est attendue par certains jeunes, « Une Eglise en mouvement, ouverte, vivante, moderne, dynamique et réactive, une Eglise qui  avance avec son temps, qui s’ouvre au monde et aux nouveaux modes de vie, une Eglise qui permet et suscite le débat. Sont évoqués de manière récurrente la place des femmes (notamment dans les  célébrations), l’accueil des divorcés remariés et des personnes homosexuelles, le mariage des prêtres... ». (§5, «Que demandent concrètement les jeunes de votre pays à l’Église d’aujourd’hui ? ») Nous avions particulièrement attirés l’attention sur la question des vocations pour les jeunes homosexuel-le-s, officiellement exclu-e-s aussi bien du mariage que de la vie consacrée ou la prêtrise. Notre contribution est reprise à ce sujet à la fin du paragraphe consacré aux vocations (§12, « Comment sont conçus les expériences et les parcours de pastorale des vocations des jeunes dans votre diocèse ? ») : « Par ailleurs pour les jeunes catholiques homosexuels envisager sa vocation n’est pas simple : « La posture adoptée aujourd’hui par l’Eglise peut être vécue d’autant plus douloureusement qu’elle ferme aux jeunes homosexuels hommes et femmes les principaux chemins de vie proposés que sont le mariage, le ministère ordonné et la vie consacrée. [...]

Week-end spiritualités plurielles à Saint-Hilaire-de-Riez

Du 22 au 24 septembre derniers, nous étions près d'une de trentaine de D&Jistes à nous réunir pour notre week-end annuel spiritualités plurielles, dans un cadre magnifique en pleine forêt vendéenne, à 20 minutes à pied de la mer. Ce week-end est vraiment national car il est ouvert à tou-te-s les adhérent-e-s de D&J et à leurs ami-e-s, quelle que soit leur spiritualité. Il plaît particulièrement aux femmes, toujours très nombreuses à venir à ce week-end ! Au programme cette année : convivialité et partage, ateliers de réflexion, alternant avec des moments de détente, à l'écoute de la nature, dans cet environnement tout à fait propice au recueillement, à la prière où à la méditation. Et comme toujours les délicieux repas cuisinés par Pascal ! Comme chaque année, le déroulement du week-end laissait une grande liberté à chacun-e d'entre nous de pouvoir exprimer ses émotions, ses ressentis, ses désirs, et de les faire partager aux autres participant-e-s, à travers des ateliers dont nous pouvions librement choisir le thème. Plusieurs pistes de réflexion ou de partage ont donc été proposées, chacun-e d'entre nous choisissait l'atelier qui l'intéressait, en lien avec sa recherche spirituelle, au sens le plus large ! Vaste programme ! Les sujets ne manquaient pas : la communion avec la nature, le sens de la souffrance au cœur de nos vies, la pratique régulière de la méditation, la rencontre de soi à travers l'autre, la connexion spirituelle qui nous lie aux animaux, la relaxation par les techniques de massage, etc... Chacun-e étant amené-e à parler du sens que cela avait pour soi, de son vécu, de son expérience personnelle, de ses émotions, etc. Certains ateliers proposés n’ont pu être mis en place, une sélection a été faite en fonction [...]