Pour rappel, le catéchisme de l’église catholique romaine parle de l’homosexualité en ces termes :

Article 2357 : L’homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle, exclusive ou prédominante, envers des personnes de même sexe. Elle revêt des formes très variables à travers les siècles et les cultures. Sa genèse psychique reste largement inexpliquée. S’appuyant sur la Sainte Écriture, qui les présente comme des dépravations graves, la Tradition a toujours déclaré que les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés. Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas.

Article 2358 : Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes présentent des tendances homosexuelles foncières. Cette propension, objectivement désordonnée, constitue pour la plupart d’entre eux une épreuve. Ils ne choisissent pas leur condition homosexuelle. Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste. Ces personnes sont appelées à réaliser la volonté de Dieu dans leur vie, et si elles sont chrétiennes, à unir au sacrifice de la Croix du Seigneur les difficultés qu’elles peuvent rencontrer du fait de leur condition.

Article 2359 : Les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté. Par les vertus de maîtrise, éducatrices de la liberté intérieure, quelquefois par le soutien d’une amitié désintéressée, par la prière et la grâce sacramentelle, elles peuvent et doivent se rapprocher, graduellement et résolument, de la perfection chrétienne.

 

Il est important de lire ces textes pour prendre conscience de la difficulté pour le magistère de s’ouvrir à notre réalité. A David & Jonathan, nous pensons qu’il est possible de vivre son affectivité homosexuelle y compris dans la sexualité, tout en étant en accord avec notre foi.

Dans nos échanges avec des personnes catholiques, il est courant que ces articles du catéchisme ne soient pas connus de nos interlocuteurs, qui « tombent des nues » ! C’est alors à nous d’expliquer comment ces articles du catéchisme peuvent conduire si on cherche à les appliquer, à un clivage intérieur très difficile à vivre : Comment peut-on exiger d’une personne qui n’a pas choisi son orientation sexuelle de vivre dans la continence sexuelle ? C’est déjà difficile de tenir cet engagement pour les personnes qui le choisissent en devenant prêtre, ou religieux, religieuse… Mais cela n’a pas de sens de vouloir l’imposer à toutes les personnes homosexuelles catholiques.

Pour nous aider à argumenter, voici quelques paroles de personnalités catholiques :

En 2013, le Pape François a dit cette phrase : « Si une personne est homosexuelle et cherche Dieu avec bonne volonté, qui suis-je pour la juger ? »

En 2005, Timothy Radcliffe, alors prieur de l’ordre des dominicains, répondait au magasine La Vie. Il était question de l’interdiction d’accueillir au séminaire (études pour être prêtre) des candidats homosexuels. Il s’y opposait, mais cette mesure a quand même été appliquée à partir de 2006.

« L’orientation sexuelle d’une personne n’est pas quelque chose d’essentiel. Peu m’importe de savoir si mon frère est homo ou hétéro. Je crois, en revanche, qu’il faudrait être beaucoup plus vigilant sur l’homophobie et sur la misogynie. Ces attitudes devraient être totalement proscrites dans les séminaires.»

 

Pour continuer un dialogue avec le magistère sur l’homosexualité, nous nous appuyons sur le texte ci-dessous. Il s’agit d’un extrait de la brochure « Orientation homosexuelle et vie chrétienne », publiée par Réflexion et Partage, une association catholique, qui rassemble des personnes homosexuelles et leurs proches.

 

Comment concilier vie chrétienne et homosexualité ?

Chaque être est unique. « Dieu aime tout homme comme une personne unique… Si quelqu’un est homosexuel, Dieu ne l’aime pas moins pour autant »
Message Pastoral des Évêques des États-Unis aux parents d’enfants homosexuels – Documentation Catholique, N°2170, novembre 1997, p.988)

Comme tous les baptisés, les personnes homosexuelles sont comblées du don de l’Esprit et vêtues d’une lumière véritable qui illumine tout homme. Elles sont membres du Peuple de Dieu par la naissance d’en-haut.
Catéchisme de l’Église catholique n°782

Comme tous les baptisés, par la foi au Christ, ces personnes reçoivent les grâces du baptême, la condition du baptême et sa mission : « Être le sel de la terre et la lumière du monde »
Catéchisme de l’Église catholique n°782

La Foi est un don de Dieu et chaque être va accueillir ce don en fonction de ce qu’il est, avec sa sensibilité, son affectivité, sa sexualité que la personne soit homosexuelle ou hétérosexuelle. «L’être humain, dès sa conception, n’existe que dans les relations avec les autres, et (…) le christianisme assume pleinement cette réalité avec ses dimensions corporelles et affectives»
Monique Hébrard, Prêtres enquête sur le clergé d’aujourd’hui, Buchet-Chastel, avril 2008, p.143

 

Quand un(e) chrétien(ne) se découvre homosexuel(le), cela est souvent vécu comme une inquiétude voire un bouleversement car il (elle) prend vite conscience que son désir se heurte à l’hostilité de son entourage et à ce qu’il (elle) perçoit de l’enseignement de l’Église. Il importe que l’homosexuel(le) puisse se confier à des personnes facilement identifiables pour leur qualité d’écoute et leur connaissance de la question.

L’approfondissement de la foi chrétienne, de la vie spirituelle peut aider les personnes homosexuelles à mieux se situer dans leur relation à Dieu. En effet, le plus souvent, il y a confusion entre le remords (catégorie psychologique) et le péché (catégorie théologique). La personne homosexuelle pourra alors apprendre qu’elle n’a pas nécessairement manqué à l’amour pour Dieu, quand bien même ses pulsions seraient très fortes.

N’oublions pas quelques affirmations officielles de notre Église catholique :

« L’être humain doit toujours obéir au jugement certain de sa conscience. S’il agissait délibérément contre ce dernier, il se condamnerait lui-même »
Catéchisme de l’Église catholique n°1790

« Dans la formation de la conscience, la Parole de Dieu est la lumière sur notre route »
Catéchisme de l’Église catholique n°1785

 

« Au fond de sa conscience, l’homme découvre la présence d’une loi qu’il ne s’est pas donnée lui-même… inscrite par Dieu au cœur de l’homme ; sa dignité est de lui obéir, et c’est elle qui le jugera. La conscience est le centre le plus secret de l’homme, le sanctuaire où il est seul avec Dieu ». Comme le rappelle Mgr Jean-Charles Thomas à propos des personnes divorcées remariées, ces phrases furent votées par plus de deux mille évêques lors du concile Vatican II (Gaudium et spes, n°16).

Leur autorité ne peut être contestée. Approfondir la foi chrétienne peut amener peu à peu à découvrir vitalement ce que signifie la parole de saint Jean : « Dieu est Amour ».

« Le coeur de notre foi est une espérance que toute épreuve tourne en grâce, toute tristesse en joie, toute mort en résurrection, et même toute faute en heureuse faute.
Nous vivons écrasés sous le poids d’une pierre ; chacun de nous porte un fardeau identique, exactement le même en ceci : qu’il est au-dessus de nos forces.
« Qui sera jamais capable de soulever cette pierre ? »
Pâques, c’est cette expérience presque douloureuse que la pierre est enlevée et qu’il faut s’accommoder au jour. »
Louis Evely, « Si tout avait un sens ? », Monte Cristo – avril 2005 – p.211)

« Chaque personne qui confesse le Christ a sa place dans l’Église. Il n’y a pas de demi-chrétiens »
Sr Véronique Margron

 

En conclusion, le sujet est complexe mais pas désespéré. Venez nous rejoindre à David & Jonathan pour continuer d’en discuter !