La synthèse des contributions françaises adressée à Rome pour le prochain synode des jeunes en octobre 2018, est parue (lien). D&J avait participé via Planète jeunes, nous sommes cités parmi les contributeurs. Si la synthèse se garde de prendre position, et se veut un état des lieux de la situation des jeunes et leur rapport à l’Eglise et la foi en France, elle rend compte des différentes sensibilités qui se sont exprimées.

La situation des personnes homosexuelles fait partie des sujets sur lesquels une évolution de la posture ecclésiale est attendue par certains jeunes, « Une Eglise en mouvement, ouverte, vivante, moderne, dynamique et réactive, une Eglise qui  avance avec son temps, qui s’ouvre au monde et aux nouveaux modes de vie, une Eglise qui permet et suscite le débat. Sont évoqués de manière récurrente la place des femmes (notamment dans les  célébrations), l’accueil des divorcés remariés et des personnes homosexuelles, le mariage des prêtres… ». (§5, «Que demandent concrètement les jeunes de votre pays à l’Église d’aujourd’hui ? »)

Nous avions particulièrement attirés l’attention sur la question des vocations pour les jeunes homosexuel-le-s, officiellement exclu-e-s aussi bien du mariage que de la vie consacrée ou la prêtrise. Notre contribution est reprise à ce sujet à la fin du paragraphe consacré aux vocations (§12, « Comment sont conçus les expériences et les parcours de pastorale des vocations des jeunes dans votre diocèse ? ») : « Par ailleurs pour les jeunes catholiques homosexuels envisager sa vocation n’est pas simple : « La posture adoptée aujourd’hui par l’Eglise peut être vécue d’autant plus douloureusement qu’elle ferme aux jeunes homosexuels hommes et femmes les principaux chemins de vie proposés que sont le mariage, le ministère ordonné et la vie consacrée. » (la citation incise vient de la contribution de D&J – lien).

On peut donc se réjouir que ces différents points aient été évoqués. On peut aussi saluer la démarche adoptée pour la rédaction de la synthèse par des acteurs de la pastorale des jeunes et des vocations en lien avec la Conférence des Evêques de France, qui se veut transparente et collective.