Être parent et homosexuel, le témoignage de Lionel de D&J – 19 mars 2017 – 14h00

Extrait de La Voix du Nord -> lien

Lionel était marié et père de deux enfants. Avant d’assumer et de révéler son homosexualité à sa famille. Il témoigne […] sur  « Comment annoncer son homosexualité à ses enfants ».

«  Il faut que je porte le flambeau pour les autres  ». Lionel, 65 ans, n’a pas hésité une seconde lorsqu’on lui a proposé de participer à l’émission « Mille et une vies », présentée par Sophie Davant et diffusée sur France 2 […]. Lui qui a été aidé, conseillé pour assumer son homosexualité alors qu’il était marié et père de deux enfants, veut désormais «  rendre service à d’autres qui ont du mal à parler  ». «  Je me suis rendu compte que d’autres personnes étaient comme moi : parent et homosexuel-le, poursuit Lionel. Et pourtant, ils sont nombreux à ne pas réussir à faire leur coming-out et c’est très difficile de vivre avec un secret pareil  » […] «  assumez-vous dès que possible  », résume-t-il. «  Même si ce n’est pas facile, il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt  ». Et pourtant, à écouter le parcours de Lionel, on se rend compte que même accompagné depuis des années, il n’a jamais osé révéler son homosexualité au travail… avant le jour de sa retraite. Celui qui a travaillé toute sa carrière dans la même boîte craignait, non pas le regard des autres, mais que l’on puisse lui refuser d’être en contact avec des clients.

Premier amour secret à 18 ans

Dans sa vie personnelle aussi, le cheminement n’a pas été simple. Il évoque ses premières sensations, un peu confuses, dans sa jeunesse, puis ce premier amour d’un garçon à 18 ans. Un amour secret. Il en parle à ses parents, «  très ouverts alors que d’un milieu catholique très pratiquant  ». Mais qui le renvoient vers le prêtre, un médecin, le conseiller du lycée… «  On m’a dit que ça allait passer  ».

Dont acte. Il se marie en 1973, à l’âge de 22 ans. «  C’était finalement le bonheur, j’étais normal, j’allais pouvoir avoir des enfants  », se persuade-t-il alors. Il en aura deux. Mais la vie de couple s’étiole, s’érode, bien loin des premières années. Et Lionel se remet à penser au prince charmant. «  Plus le couple se désagrégeait, plus j’y pensais  », admet-il. Il va trouver conseil auprès d’un ami gay, qui, lui, s’est toujours assumé. Et Lionel commence à rencontrer des gens. Après quinze ans de mariage. Avec, d’un côté, ce bonheur d’avoir pu avoir des enfants, et de l’autre, cette envie de vouloir rattraper le temps perdu. «  Je me disais que je pouvais encore plaire  ».

Concilier religion et homosexualité

Issu d’une famille croyante, Lionel était un catholique pratiquant lorsqu’il se marie en 1973. Toujours croyant aujourd’hui, il pratique de manière moins régulière, «  quand j’en ressens le besoin, il y a d’autres moyens de pratiquer sa foi  ». Il n’est déjà pas toujours facile d’accepter son homosexualité, cela l’est peut-être encore plus lorsque l’on est pratiquant.

Mais il va très vite se rapprocher et adhérer à l’association David & Jonathan, un mouvement homosexuel chrétien. «  C’est une association qui permet de savoir concilier sa foi ou sa spiritualité, explique Lionel. Aujourd’hui, elle est ouverte à tou-te-s  ». L’association, l’une des plus anciennes LGBT de France (fondée en 1972), compte environ 500 membres à travers la France et une quarantaine pour l’antenne lilloise.

Qui ont fort à faire face à une parole homophobe de courants extrémistes catholiques. «  Notre association a une parole dans les médias pour réagir et remettre à leur place ceux qui ont une parole extrémiste au sein de l’Eglise. Quand on voit la « Manif pour tous », ça nous renforce dans nos actions», assure Lionel, qui trouve que les choses avancent malgré tout dans le bon sens avec le pape François. «  Grâce à ça, on se sent mieux dans notre Eglise ».

Quand il a fallu le dire à sa famille…

«  Je sentais que je commençais à avoir une double vie, ce n’était pas possible de ne rien dire, avec mon éthique  ». Lionel ne pouvait plus se cacher. Il expliquera tout à son épouse. «  Cela a été une catastrophe pour elle, elle ne s’y attendait pas  ». Dans son parcours, son histoire, c’est certainement ce qui le marque encore le plus : «  cela reste comme profonde douleur, c’est d’avoir rendu une personne malheureuse, même si ce n’était pas volontaire  », raconte-t-il. Elle demandera le divorce et Lionel réussira finalement à obtenir la garde alternée.

[…] «  Je n’aurais pas supporté un rejet de mes enfants  », témoigne-t-il. Pour la cadette, qui avait 8 ans à l’époque, finalement, cela n’a pas posé beaucoup de problèmes, «  elle avait deviné par elle-même  ». «  Pour l’aîné, 14 ans, cela avait été plus difficile. Il fallait lui dire, mais je n’y arrivai pas. Mais il avait compris aussi que je préférais les hommes  ». S’en sont suivies de nombreuses questions. Et aujourd’hui, ses enfants confient sans souci les cinq petits-enfants à leur papa et son compagnon.

Source : la Voix du Nord -> lien

Lien vers le replay France 2 -> lien