Le grand bestiaireLGBT : Peuvent-ils avoir la foi dans le coming-out ?  (lien)

 Intervention de Marie-Hélène, co-présidente de D&vid & Jonathan. Extrait :

Marie-Hélène grandit entre écoles privées, catéchisme et messe le dimanche. « Dans ma jeunesse, je me suis posée des questions sur l’homosexualité, mais j’ai repoussé ce sentiment ». LMarie-Hélène ba native de Dijon se marie, avec un homme qu’elle aime. Trois enfants et deux petits-enfants, plus tard, ils se séparent. Un an après sa rupture avec « le seul homme » de sa vie, à 48 ans, elle «décide d’assumer, et de rencontrer des femmes ».

En couple avec une autre femme, elle saute le pas. Les premiers au courant, ses enfants, « ont été étonnés, ils ont mis du temps à digérer l’information». Mais ils sont « bienveillants », tout comme ses frères et soeurs. « Le plus compliqué, l’avouer à ma mère de 80 ans. » Un soir, alors que Marie-Hélène dort dans la même chambre que sa mère, lors d’une réunion familiale, elle fait son « coming-out ». « Je lui ai tout dit, mon adolescence, mon amie actuelle. J’étais étonnée de son acceptation à mon égard. Elle était contente que je lui dise la vérité ». En vacances pendant une semaine, elles ont discuté « de (sa) sexualité et de (sa) conjointe ; un grand moment qui nous a uni ».

Aujourd’hui, elle est épanouie dans sa sexualité mais aussi dans sa foi. Elle continue de prier, mais plus à l’église. Elle a renoué avec sa spiritualité grâce à une association LGBT Chrétienne, David & Jonathan. Marie-Hélène espère que l’Eglise, « qui n’accepte pas » ses amours, deviendra plus ouverte, plus inclusive, à l’image des membres de sa famille qui l’accueillent chaleureusement. […]