« L’homophobie religieuse en 2011, ici et ailleurs : des drames mais aussi des avancées ». Venez découvrir la contribution de l’association David & Jonathan au rapport 2012 de SOS Homophobie, dévoilé ce 14 mai 2012.

 

Vous trouverez ci-dessous :

– Le PDF de la contribution de David & Jonathan
– Un résumé du chapitre « Religions » du rapport annuel 2012 de SOS Homophobie
– Le texte in extenso de la contribution de David & Jonathan

> Lire David & Jonathan dans le rapport 2012 de SOS Homophobie

 

Homophobie et religions

Dans son chapitre « Religions, Dieu ne reconnaît pas les siens« , SOS homophobie analyse 39 témoignages (près du double par rapport à 2010 !) en lien avec les religions. L’association met en exergue 2 points majeurs :

– « Internet se révèle un formidable espace pour déverser la haine et la peur de l’homosexualité au prétexte d’arguments s’appuyant sur les textes religieux.(…) Le-la cyberhomophobe croit veiller sur le comportement des humains et tente par son discours moralisateur de remettre dans le droit chemin les brebis égarées. »

– « Les institutions religieuses d’éducation et de formation (séminaire ou établissements scolaires) sont à l’origine de la majorité des témoignages relatant l’homophobie directement subie. Ces discours sont prononcés avec la force et l’autorité de l’institution à l’adresse d’un jeune public complètement démuni. Plus violentes encore que les paroles, les discriminations et l’exclusion blessent et laissent les personnes dans l’incompréhension d’autant qu’elles ont livré une partie de leur intimité en confiant par exemple avoir eu des relations homosexuelles. »

 

Cependant, « [les fidèles] peuvent, à travers des démarches personnelles, mettre en avant la dimension humaniste des religions et ne pas se laisser enfermer dans l’interprétation des textes religieux qui justifie l’homophobie. »

C’est par la contribution de David & Jonathan que se termine ce chapitre « Religions ».

 

La parole à David & Jonathan

« L’homophobie religieuse en 2011, ici et ailleurs : des drames mais aussi des avancées »

 

Les religions dites « du Livre » (chrétienne, musulmane, juive) constituent un noyau dur de l’homo-phobie car des hommes et des femmes s’appuient sur des textes écrits il y a des siècles pour justifier leur homophobie. Comme ces textes sont considérés, par eux, comme des textes sacrés, divins, ils (elles) s’interdisent toute réflexion personnelle, toute observation du vécu des personnes LGBT. Alors que d’autres parties de la Bible sont aujourd’hui considérées par tous comme obsolètes, les quelques passages hostiles aux relations sexuelles entre personnes de même sexe constituent le cœur de leur doctrine homophobe.

 

Afin de concilier foi et homosexualité, David & Jonathan, mouvement homosexuel chrétien, anime des groupes de parole et organise des événements tournés vers la spiritualité, dans toute la France et depuis quarante ans. David & Jonathan maintient aussi un dialogue exigeant avec les autorités chrétiennes. L’association suit l’actualité du monde LGBT et repère des points d’évolution positive malgré les évènements montrant que l’homophobie religieuse reste très vivace, en particulier en Afrique.

 

Au cours de l’année 2011, l’homophobie est restée très violente dans nombre de pays d’Afrique et du Moyen-Orient, du Nigéria à l’Iran, en passant par le Sénégal… En Ouganda, les Églises évangélistes, soutenues par des Églises américaines, ont vive-ment poussé les médias et les pouvoirs publics à rendre de plus en plus difficile la vie des gays et des lesbiennes. On a vu aussi le Vatican convoquer un évêque mexicain qui était accusé d’avoir des positions trop ouvertes par rapport aux associations LGBT de son diocèse.

 

En France, Cyril Couderc, instituteur dans une école privée protestante évangélique, à Guebwiller en Alsace, a perdu son travail parce qu’il est gay. On lui a proposé de « prendre un congé sans solde, le temps de “guérir” » ! Heureusement, la Fédération protestante de France a tenu à se démarquer de cette affaire. Pour sa part, Cyril Couderc a retrouvé un poste dans une église catholique sous contrat. Les chrétiens de France évoluent, en général, positivement face aux personnes LGBT. Pourtant, on demeure à la traîne par rapport aux avancées positives et très visibles à l’étranger.

D’une part, l’Église d’Angleterre (anglicane) a lancé sa réflexion sur l’éligibilité, au poste d’évêques, de prêtres en partenariat civil (eux-mêmes acceptés depuis 2005). Mais il est vrai que cette avancée crée des tensions avec certaines églises anglicanes de par le monde (près de 80 pays), notamment en Afrique.

D’autre part, aux États-Unis, des chrétiens homos ne veulent plus laisser les conservateurs parler au nom de la religion. Ils ont tourné une série vidéo, The Romeo Files, disponible sur le net, pour raconter une histoire d’amour entre deux jeunes chrétiens. Une série pour aider les jeunes à mieux s’accepter et à rester fidèles à eux-mêmes.

 

Enfin, le milieu associatif chrétien LGBT se mobilise en Europe, notamment au travers du Forum européen des groupes LGBT chrétiens (44 associations dans 23 pays), dont David & Jonathan est membre fondateur. En juin 2011, lors de l’Europride à Rome, une lettre ouverte a été adressée au Vatican. En France, David & Jonathan s’est associé à la journée mondiale de lutte contre l’homophobie dont le thème était « homophobie et religions », pour la deuxième année consécutive.

 

Pour David & Jonathan, la lutte contre l’homophobie, en France et hors de nos frontières, se joue au quotidien et elle s’enracine dans des valeurs de fraternité, de solidarité, d’accueil et de dialogue.