2005, France

Sara, Jean et Philippe ont entre vint et trente ans en ce printemps 1942. Elle est juive, ils sont homosexuels. En cette période d’occupation où toutes les règles sont abolies, ils sont tous les trois habités par le même désir impérieux : survivre. Survivre, malgré leur « différence », survivre parce qu’à leur âge on ne peut ni renoncer ni s’arrêter… jusqu’au jour où Jean, accusé à tort d’être l’amant d’un officier de la Wehrmacht, est déporté par les nazis. C’est le début de sa descente aux enfers sous le signe du Triangle rose…

Rien que d’y penser, je me sens vraiment très mal. La déportation est un sujet qui fait mal mais la déportation homosexuelle est un sujet dont on ne parle pas. Ce téléfilm est un chef d’œuvre dans le sens où il montre ce qui n’est pas montré. Enfin, on peut avoir la vérité sans rentrer non plus dans le morbide et dans l’insupportable. Il n’y a qu’une scène qui me paraît assez difficile à regarder mais dans l’ensemble, le film est bien tourné et nous montre toute l’horreur de la déportation, de la délation, des sentiments des familles de déportés. Un film à voir pour ne pas oublier, pour que l’histoire ne se répète pas.