Pour la Commission nationale consultative des droits de l’homme, l’injure homophobe relève de la liberté d’expression.

 

Résumé du communiqué de presse : « La CNCDH, en demandant le retrait du projet de loi contre les propos sexistes ou homophobes, avance des arguments qui contredisent ses précédents avis, ignorent délibérément les dispositions actuelles de la loi française et des textes européens, et nient la réalité des violences et de la haine qui sont le quotidien de milliers de personnes en France. En annexant d’elle-même la position du cardinal Lustiger à son propre avis, elle met à jour les pressions auxquelles elle se soumet… »