Suites de la controverse sur le mariage des couples de même sexe.

 La Fédération des CGL et l’association « David & Jonathan » regrettent la dérive de l’hebdomadaire chrétien « La Vie » et dénoncent les propos homophobes de Tony Anatrella.

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 16 AOUT 2004

 

 

L’hebdomadaire chrétien d’actualité “La Vie” se dit porteur de valeurs “de liberté, de justice, de solidarité, de tolérance”. Cependant, depuis plusieurs semaines, “La Vie” publie sur le mariage des couples de même sexe des propos qui ne permettent pas réellement le discernement de ses lectrices et lecteurs.

Le 27 mai dernier, un éditorial de Max Armanet prophétise “guerre, désordre, maladie” pour les sociétés qui ne respecteraient pas “l’équilibre entre le masculin et le féminin”… comme si l’accès des quelques 10% de personnes lesbiennes, gaies, bi ou trans à l’égalité des droits remettait cet équilibre en cause.

Le 27 mai encore, un bloc-notes de Jean-Claude Guillebaud traite les militant–es lesbiennes, gaies, bi ou trans “d’idiots”…

Le 22 juillet enfin, une tribune de Tony Anatrella accuse Noël Mamère d’avoir “tué un symbole” en commettant un “passage à l’acte meurtrier”.

 

Trop parler de meurtres symboliques peut justifier voire entraîner des paroles ou des actes réellement meurtriers, tels les actes homophobes subis voici quelques mois par Jean-Pierre Humblot (noyé à Nancy en août 2003) ou Sébastien Nouchet (grièvement brûlé à Nœux-les-Mines en janvier dernier).

 

Max Armanet (directeur de la rédaction de “La Vie”), Jean-Claude Guillebaud (chroniqueur à “La Vie”) et Tony Anatrella (prêtre et psychanalyste intervenant régulièrement dans les colonnes de “La Vie”) parlent comme s’ils avaient à eux seuls la vérité. Ils ne s’interrogent pas sur ce qu’est devenu aujourd’hui le mariage civil, sur les réalités actuelles de notre société.

 

Ces auteurs en oublient que les personnes lesbiennes, gaies, bi ou trans, à qui ils dénient toute capacité à “l’altérité”, vivent quotidiennement en relation avec autrui (ce qui suppose par définition une telle capacité). Ils en oublient que lesbiennes, gais, bi et trans sont inscrit–es dans notre société et y sont aussi responsables que tout–e autre citoyen–ne (elles et ils sont votre voisin–e, votre collègue de travail, l’institutrice ou l’instituteur de votre enfant). Ils en oublient que les familles qui se font et se défont, les violences dans notre société ne sont pas spécifiquement de la responsabilité des lesbiennes, des gais, des bi et des trans (qui en sont bien souvent les premières victimes). Ils en oublient qu’il est inacceptable qu’en 2004, des jeunes et des moins jeunes se suicident ou se fassent agresser à raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. Ils en oublient qu’aujourd’hui de nombreux couples de même sexe ont plus de vingt ans de vie commune et qu’au delà de l’égalité des droits qu’il est sain qu’ils revendiquent, ils témoignent d’un amour pérenne entre deux personnes, ce qui, dans notre société, n’est pas rien !

 

La Fédération des CGL et l’association “David & Jonathan” demandent à Jean-Marie Colombani (président du conseil de surveillance du groupe “La Vie – Le Monde”) :

 

-de rappeler à Max Armanet les fondements déontologiques de son métier de journaliste,

-d’inviter l’équipe rédactionnelle de “La Vie” à rapporter des propos contradictoires sur des débats aussi sensibles que celui autour du mariage civil des couples de même sexe afin de ne pas laisser Tony Anatrella confisquer la parole sur ce sujet, sachant que bien des psychanalystes et des scientifiques ne partagent pas son analyse,

-de leur accorder un rendez-vous afin de lui exposer plus avant, dans le cadre d’un dialogue respectueux, leurs motivations.

 

Pour l’Inter Centres LGBT, – La FEDERATION DES CENTRES CGL Vu l’article R11-2, alinéas 3 à 7 du règlement intérieur,

La Porte-parole nationale déléguée, Nadine Lejeune-Combrault +33 (0)6 99 39 57 77

Le Porte-parole national délégué, Stéphane Aurousseau +33 (0)6 61 56 93 84 porteparolat@inter-centres-lgbt.org

Pour l’association « DAVID & JONATHAN », La Porte-parole, Véronique Soulié +33 (0)6 08 75 21 64 davidetjonathan@wanadoo.fr

 

Depuis 1998, l’INTER CENTRES LGBT fédère les CGL de France et leurs membres associés : Les 32 membres de l’INTER CENTRES LGBT sont les huit CGL d’Angers, Lille, Lyon, Metz, Paris, Reims et Toulouse, et leurs 24 Membres associés à Bordeaux, Caen, Chartres, Chauny, Cherbourg, Dijon, Grenoble et Lyon, au Mans, à Marseille, Mont-de-Marsan, Nancy, Nice, Nîmes, Nouméa, Orléans, Rennes, Rouen et Sarreguemines, au Tampon, à Tours, Troyes et Valence. Les 32 membres de l’INTER CENTRES LGBT fédèrent 2.216 militantEs et 111 organisations LGBT à travers toute la France. L’INTER CENTRES LGBT est soutenue par le Syndicat national des entreprises gaies.