Clin d’oeil : lettre ironique sur l’interprétation littérale du Lévitique

Nos ami-e-s du Beit Haverim (groupe juif gay et lesbien de France) relate cette anecdote de 2001 sur l’interprétation littérale du Lévitique :

Le 25 mars 2001 sur les ondes de Radio J, Gabriel Fahri, rabbin du Mouvement Juif Libéral de France, racontait ceci :  » Le Dr Laura Schlesinger est aux Etats-Unis une personnalité importante sur les ondes. Elle a déclaré qu’étant juive orthodoxe, elle condamnait de façon la plus ferme l’homosexualité. Pour cela, elle se réfère au texte du Lévitique, au chapitre 18. Laura Schlesinger n’a pas tardé à recevoir une lettre de soutien dont je vais vous donner ce matin la teneur. Elle est édifiante et disons-le ironique.

 » Chère Docteur Laura, Merci pour votre action qui tend à éduquer vos auditeurs en vous basant sur la loi juive, la halakha. Lorsque j’entends quelqu’un qui défend l’homosexualité, je ne manque pas de lui rappeler les versets que vous avez cités dans le Lévitique. Oui, l’homosexualité est une abomination. Un point, c’est tout. Cependant, la Tora contient d’autres lois sur lesquelles je souhaiterais que vous puissiez m’éclairer. Je désire vendre ma fille en tant qu’esclave, la possibilité m’en étant donnée dans l’Exode, quel prix dois-je en demander ?

Autre question, un de mes voisins insiste pour travailler le Chabat, or, la Tora le dit clairement, s’il travaille, il devra être mis à mort, dois-je moralement le tuer moi-même ? Un de mes amis m’a dit que manger des fruits de mer était une abomination, le terme employé est le même que celui pour l’homosexualité et pourtant cet ami persiste à dire que bien que ce soit une abomination, elle est moins grave que l’homosexualité, comment puis-je le raisonner ?

Je connais beaucoup d’hommes juifs qui se coupent les cheveux autour des tempes et pourtant le Lévitique l’interdit, de quelle façon doivent-ils mourir ? Autre question, Dr Laura Schlesinger, mon oncle possède une ferme. Il viole délibérément le principe contenu dans la Tora selon lequel il ne peut ensemencer deux espèces différentes dans un même champ. Plus encore, sa femme porte des vêtements en polyester et en coton, le mélange de deux textiles étant interdit. Doit-on réellement faire le tour de la ville pour appeler tous les habitants à venir les lapider ? Ne pourrait-on pas plus simplement, à l’instar de celui qui dormirait avec sa belle-sœur ou son beau-frère, les brûler ?

Cet auditeur signe sa lettre de la façon suivante : Encore merci de nous rappeler que la parole de Dieu est éternelle et immuable. Votre disciple dévoué.  »

Ce texte est bien sûr repris sur de nombreux sites. Médiapart propose même les références exactes de chacun des points évoqués.